Manuel Entreprise
avocat

Expert-comptable pour avocat

Après 7 années, post bac, à étudier le droit, on pourrait croire l’avocat prêt à se mettre à son compte. Or, si le droit est un enseignement spécifique, la création d’entreprise, avec ses étapes, ses obligations n’est pas un chemin aisé à emprunter.

Comparateur et devis expert comptable
Obtenez plusieurs devis d’experts comptables en moins de 3 min !


Comment créer son activité quand on est avocat ?

Le choix du statut juridique peut déjà être épineux, pour l’avocat juste inscrit au barreau, car il est pluriel. En effet, l’avocat peut opter pour l’entreprise individuelle. Mais il peut également s’inscrire en tant que profession libérale, vouloir exercer à plusieurs dans le cadre d’une SAS ou encore d’une SARL ou par le biais d’une société civile professionnelle.

De ce choix vont dépendre plusieurs choses, dont l’imposition ou encore la TVA. Un choix qui doit être fait en tout état de cause.

Quand l’avocat s’est immatriculé, il est tributaire, comme tout chef d’entreprise, d’obligations fiscales et comptables. Il est obligé, par exemple, d’ouvrir un compte bancaire propre à l’exercice de son activité. Selon le statut juridique choisi, il devra établir des comptes annuels, tenir une assemblée générale ordinaire etc… Des points que l’on aborde peu, en école de droit.

Alors, pour l’aider au mieux dans toutes ces démarches, l’avocat a tout intérêt et ce, en amont de la création, à faire appel à un expert-comptable.

En quoi un expert-comptable peut aider un avocat ?

Quel est le meilleur statut juridique, en fonction d’une situation donnée ? Il n’est pas évident de répondre à cette question, d’autant que cela peut avoir des répercussions sur la vie personnelle et sur le patrimoine. Mieux vaut alors recueillir l’avis d’un professionnel qui saura déterminer la meilleure option.

Après la déclaration, l’avocat doit se consacrer à sa tâche. Il peut être avocat général, avoir choisi une spécialisation. Quels que soient ses clients, il les espère nombreux, doit assurer leur défense au mieux et veille à leurs intérêts. Un point commun avec l’expert-comptable, dont le travail consiste à alléger la somme de travail de ses clients, qui lui délèguent certaines missions.

Déterminer le montant de l’impôt sur les sociétés, trouver le bon formulaire (sera-ce le 2035 ou le 2042 ?) peut être chronophage quand on a un emploi du temps très chargé. Il faut également savoir ce que représente une liasse fiscale, ou encore comment faire un bilan comptable.

Les experts-comptables travaillent à la mission. Il est alors possible de leur externaliser certaines tâches, pour gagner du temps et avoir une comptabilité exemplaire. Forts de leur expérience, ils sont à même de prodiguer des conseils aux avocats sur différents sujets, comme la gestion de leur patrimoine d’entreprise. Si un avocat a décidé de s’installer en libéral et qu’il cherche un local pour s’y établir, il peut s’avérer utile de consulter un cabinet d’expertise comptable afin qu’il donne son avis sur la faisabilité de l’achat d’un bien immobilier en particulier.

Si vous êtes en train de vous inscrire au barreau, rapprochez-vous d’un expert-comptable. Il pourra vous renseigner sur l’URSSAF, sur la Caisse Nationale des Barreaux Français et vous aider tout au long de l’exercice de votre activité, en tant qu’avocat.